La cité portaise : Histoire et patrimoine

L'Histoire en quelques mots...

Vieille de plus de 1000 ans, la cité portaise, tournée de tout temps vers la mer, a conservé les traces d’un riche passé historique liée à la pêche. Mais cette activité n'a jamais été l'unique travail des portais. Nombre de traces écrites témoignent d'une activité marchande au cours des siècles : transport de beurre, de pommes, de pierres,...

Au XVIIe siècle, Louis de Harcourt, évêque de Bayeux, comprend l'intérêt du site pour favoriser le commerce de la ville, et fait creuser un premier port sur un domaine de l'Eglise. Mais l'ensemble, trop fragile et mal protégé, ne résiste pas aux tempêtes et à l'ensablement : les bassins sont alors comblés.

Bayeux perd ainsi son ouverture sur la mer, et le commerce décline : tanneries, fabriques de draps et d'étamines n'ont plus de débouché. Seuls quelques bateaux assurent le commerce du beurre et du cidre jusqu'à Rouen.

Au crépuscule du XIXe siècle, l'heure est au charbon ; les sacs de houille vont et viennent des côtes françaises aux côtes anglaises.

A la veille de la seconde guerre mondiale, se croisent encore dans le port les navires chargés de poissons et ceux chargés de charbon...

Aujourd'hui, si les échanges de marchandises par voie maritime ne sont plus à l'ordre du jour à Port-en-Bessin-Huppain, la pêche continue de rythmer la vie socio-économique et de hisser la cité au rang des grands ports de pêche français. vidéo.

Pour découvrir tous les secrets du port et de ses équipements, venez suivre nos visites guidées : INFO Visites guidées.

 

Pour en savoir + ...             La construction du port , cliquez sur : 1) Extraits des Journaux municipaux d'information 2011-2012-2013 - La construction du port 

                                                                                                                                                2) Historique du port. / Any Allard

                                                              Quelques repères chronologiques :

                                Ier-3e siècles de notre ère : Première occupation gallo-romaine (pour en savoir +, cliquez ici).

                                                                  15e siècle : Creusement d'un premier bassin portuaire sous l'égide de Louis de Harcourt, évêque de Bayeux

                                                                 17e siècle : Comblement du port suite à la forte tempête de 1629 : extinction des échanges commerciaux  (de beurre, chanvre, bois,...). 

19e siècle : Réaménagement du port et construction de l'avant-port.

                                                                    20e siècle : Aménagement d'un port pétrolier après le Débarquement des alliés en juin 44. Installation en 1974 d'une halle à marée (dite criée) performante.

 

Un patrimoine particulier

La position occupée par Port-en-Bessin-Huppain sur un espace littoral, conjuguée à l'évolution historique et socio-économique, a favorisé la présence d'éléments bâtis caractéristiques, parmi lesquels :

La tour Vauban

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Au 17e siècle, alors que l'entente franco-anglaise n'est pas au beau fixe, Sébastien Le Prestre de Vauban, ingénieur et architecte militaire dit "commissaire des fortifications" sous Louis XIV, commande l'édification d'un réseau d'ouvrages défensifs côtiers.

Alors qu'il est à la recherche d'emplacements pour construire des ports militaires, Vauban charge un de ses collaborateurs d'établir un projet pour le site de Port-en-Bessin. En 1694, est construite une tour casematée, équipée de trois canons, sur la falaise du Castel. En face, sur la falaise de Huppain, il fait construire une seconde batterie et un magasin à poudre (aujourd'hui disparus).

La tour a été classée au titre des Monuments historiques le 29 avril 1948.

  

L'église Sainte-André

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 L'église fut construite à la fin du 19e siècle en remplacement d'un ancien sanctuaire du 12e siècle, la nef ne suffisant plus à accueillir la population croissante du port de pêche en plein essor.

L’intérieur regorge d’ex-voto qui ne sont autres que de magnifiques maquettes de bateaux offertes par des marins ayant échappé à un naufrage.

Le transept est immense : la partie sise au sud dite "chapelle de la Vierge" est garnie d'ex-voto et présente par ailleurs un bel autel de 1893.

L'ancien quartier des pêcheurs

vieilles maisons [1280x768]

 

 

Au XIXème siècle, lors du réaménagement du port de pêche, nombre de maisons de pêcheurs sont construites face à la mer.

Le rez-de-chaussée est destiné au stockage du matériel de pêche et au tonneau de cidre tandis que le logis du pêcheur se situe à l’étage. L’escalier de pierre que le pêcheur doit emprunter pour rejoindre l’étage a une double fonction : rendre accessible l’habitation et proposer un support (la rampe) pour étaler les filets et ainsi les faire sécher. Car, à l’époque, les filets de pêche étaient issus de fibres végétales qui nécessitaient un soin particulier.

 

 

La maison des Feux

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAfin de guider les bateaux durant la nuit, un bâtiment, édifié au milieu du XIXème siècle lors de la construction du port, domine la cité portaise. 

Endommagé lors des bombardements du 6 juin 1944, ce bâtiment, plus communément appelé « Maison des Feux », fut reconstruit dès 1950.

Sous la statue, a été gravée l’inscription suivante : « Je suis la Madone de Port-en-Bessin, sous le vocable de la Vierge des Feux. J’ai été érigée en l’an 1858, détruite le 6 juin 1944, restaurée le 15 août de l’année mariale 1954."

A l'occasion de la fête de la mer dite "Bénédiction de la Mer" qui honore la mémoire des marins disparus, la maison est parée de guirlandes et de décorations fabriquées par les Portais, comme le veut la tradition. 

Le Mur de l'Atlantique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Durant la seconde guerre mondiale, un ensemble de fortifications défensives allemandes sont installées le long des côtes ; l'objectif étant de prévenir toute tentative de débarquement allié.

Port-en-Bessin-Huppain fut concerné dès 1942. Quelques vestiges de casemates sont encore visibles aujourd’hui ainsi que de nombreuses épaves : vidéo .