Port en Bessin - Huppain vit depuis des siècles au rythme des marées...

Depuis plus de mille ans, Port-en-Bessin-Huppain tire profit d'un site privilégié. Ainsi, le havre naturel creusé entre deux falaises a-t-il donné naissance à l'un des grands ports de pêche normands...  Par ailleurs, Port-en-Bessin-Huppain s'affiche "1er port de pêche du Calvados".

Les principales espèces pêchées sont : la coquille Saint-Jacques, la roussette, le tacaud, la seiche, la dorade grise, le bar, le cabillaud, la sole ou encore la raie… En 2013, plus de 7600 tonnes de produits de la mer ont été débarquées et vendues sous la criée, ce qui place Port en Bessin - Huppain au 7e rang des ports de pêche français.

La pêche artisanale, effectuée par des chalutiers n'excédant pas 25m de long, est la première activité économique de la ville.

Port-en-Bessin-Huppain s’est doté, au fil du temps, d’un riche patrimoine maritime. Faisant face à la mer de la Manche, réputée pour être rude en hiver, les Portais ont su très tôt que leurs vies y seraient liées. Ainsi la cité portaise s’est-elle développée autour de son port, avec une seule devise : « RES NOSTRA MARE » (« La mer est notre loi »).

Bon nombre de métiers et de savoir-faire liés à la pêche sont rassemblés de part et d'autre des bassins portuaires. Aujourd'hui, la cité portaise compte :

- un chantier naval, dénommé « Chantier du Bessin », ayant notamment construit, depuis 2004, 5 chalutiers en bois ;

- des ateliers de forge et de mécanique ;

- des ateliers de mareyage où poissons et coquillages sont quotidiennement préparés et conditionnés pour être expédiés sur l’ensemble du territoire français et vers les pays voisins.

Le port est doté d’une criée informatisée, un lieu visité quotidiennement par les mareyeurs. Tout à côté, la CCI de Caen, gérante de la criée, met à disposition des pêcheurs une zone de radoub, avec un slip-way qui permet de mettre les bateaux en cale sèche, pour effectuer des travaux de carénage. Près de la criée, une tour à glace performante alimente les cales des chalutiers.

La commune doit ses premières installations portuaires à Louis d'Harcourt, 59e évêque de Bayeux et "seigneur des lieux". Ce dernier fit construire en 1475 le "port des évêques", deux jetées et un bassin qui favorisa le développement de la cité. Malheureusement, une tempête détruisit complètement l'ouvrage en 1622 et obstrua le port. Malgré de multiples demandes, les pêcheurs portais durent attendre 1845 pour obtenir la possibilité de le reconstruire.

Au cours des siècles, la vocation maritime de la cité s'est affirmée et aujourd'hui, Port-en-Bessin-Huppain est un port reconnu pour la pêche de produits d'exception comme la Coquille Saint-Jacques. La cité portaise opte également pour le nautisme. De plus en plus de régates y font escale. Par ailleurs, un pôle "accueil" destiné aux plaisanciers a été récemment créé.

Pour en savoir + sur le port, ses activités et la vie des marins pêcheurs, des visites guidées sont proposées tout au long de l'année : cliquez ici. De nombreux auteurs ont par ailleurs écrit sur Port-en-Bessin-Huppain : cliquez ici.